Header
Ombre-haut

Description

Dans la région de Masanga, MEA s’engage dans ces deux domaines, en oeuvrant pour la scolarisation des filles et en remplaçant les rituels impliquant des mutilations génitales par des cérémonies “alternatives“ qui conservent leur pouvoir symbolique, mais sans violence. La reconversion des exciseuses, femmes d’un très grand poids dans la société locale, favorise un changement des mentalités : de plus en plus de familles sont convaincues des bienfaits d’une éducation sans mutilations. Face au succès croissant de son établissement scolaire, l’association MEA a décidé d’agrandir son infrastructure (achat de terrain, construction de locaux et d’un puits) et de s’investir pour que ses élèves puissent accéder non seulement à une formation primaire, mais aussi au degré secondaire, seul moyen de leur garantir une vie vraiment décente dans le futur. Surtout, si l’association parvient à garantir dans son école tous les degrés scolaires, l’État accepte de financer le salaire des enseignants.

Objectifs

Lutter contre l'excision des filles en leur procurant en échange les moyens de recevoir une éducation complète les conduisant à acquérir un métier valorisant.

Bénéficiaires

Fin 2017 : 736 filles de Masanga et des villages des environs, dont 500 sont scolarisées.

Partenaire local

Ramatu Fornah, ex-exciseuse, reconvertie en présidente du comité mis en place à Masanga, ainsi que divers notables du village – chef, anciens, enseignants.

Durée

2 ans

Montant recherché

CHF 40'000.-

Localisation

Sierra Leone, district de Tonkollili, village de Masanga et environs.

Résultats

Voir fiche

» 16-112_MEA-Rapport_final-web.pdf