Header
Ombre-haut

Description

Dans le Chaco Boréal du Paraguay, le sol salin, la sécheresse ou les inondations trop fréquentes empêchent la production de fruits. Pour les habitants, cela se traduit par une carence importante en vitamines et autres nutriments essentiels dans l’alimentation. Or, il se trouve que dans l’Oriente du pays (à quelques 350 km), des fruits en abondance – totalement bio -– pourrissent sur le sol, les gens ne pouvant pas les amener sur les marchés faute de moyens de transports et de routes praticables.

Le projet d’entraide mutuelle « Ayuda mutua » a ainsi vu le jour. • D’une part les écoliers du Centre Pa’i Puku verront la qualité de leur alimentation s’améliorer, grâce aux apports en vitamines et autres nutriments contenus dans la pulpe du fruits (produit de longue conservation qui peut être mélangé, par exemple aux yogourts). •D’autre part les familles paysannes pauvres de l’Oriente bénéficieront d’un revenu additionnel, tout en perfectionnant leurs compétences.

Objectifs

Améliorer durablement la qualité de l’alimentation des résidents du Centre Pa’i Puku et développer les compétences des familles paysannes de l’Oriente

Bénéficiaires

Les 650 résidents (600 écoliers(ères) - 50 personnel) du Centre Pa’i Puku et les familles paysannes pauvres de l’Oriente du Paraguay qui produisent la pulpe de fruits

Partenaire local

Centro de Formación Integral María Medianera “Pa’i Puku”

Durée

1 an

Montant recherché

CHF 6’500.–

Localisation

Departamento Presidente Hayes, Paraguay

Résultats

Dans le but d’équilibrer l’alimentation des écoliers de l’école Pa’i Puku au Paraguay, l’association Suisse Pa’i Puku a mis en place un projet d’apport de pulpe de fruit vers l’école. A cet effet elle travaille avec une petite entreprise familiale située dans le village d’Aregua, à une heure de la capitale Asunción.

La fabrique productrice de diverses pulpes de fruits et marmelades achète la matière première aux paysans de la région, principalement des mangues et des goyaves. Les fruits sont ensuite transformés en pulpes. La qualité du produit est contrôlée à chaque étape du processus dans un laboratoire de l’entreprise.* »

• 2’350 kg de pulpe ont été livrés en 2018. La quantité est plus importante que prévu (2’000 kg), car l’association a finalement obtenu la pulpe à un prix moindre, ce qui a permis d’en acheter plus. La pulpe est très appréciée des écoliers. « Elle leur est servie au petit-déjeuner et s’accompagne d’un morceau de pain et d’une tasse de « cocido », boisson typique du pays composée d’herbes bouillies et de lait. Lors d’événements festifs et lorsque la quantité de lait permet la fabrication de yoghourt, les enfants en reçoivent un verre agrémenté de pulpe de fruits. Ils en sont friands ! » Fin novembre 2018, il reste environ 100 kg de pulpe qui serviront aux 50 personnes qui demeurent sur place, les 550 élèves ayant quitté le centre à la mi-novembre pour rejoindre leurs fermes durant les vacances d’été. A partir de 2020, la fourniture de pulpe sera financée par les profits de la Ferme Pa’i Puku.

» 17-128_Pa_i_Puku-Rapport_final-web.pdf